Anévrisme de l’aorte abdominale (AAA)

Anévrisme de l’aorte abdominale

L’AAA est globalement la pathologie vasculaire la plus répandue et la plus grave.

Lorsque la paroi d’un vaisseau sanguin s’affaiblit, une dilatation en forme de poche appelée anévrisme peut se développer et se rompre si elle n’est pas traitée à temps, avec pour conséquences des complications sévères, voire même le décès. L’anévrisme touche le plus souvent l’aorte abdominale, un vaisseau sanguin essentiel qui apporte le sang oxygéné à notre corps.

Il y a deux approches thérapeutiques possibles :

  • La réparation ouverte, qui s’accompagne de taux de morbidité et mortalité plus élevés ;
  • La réparation endovasculaire d’un anévrisme (Endo Vascular Aneurysm Repair, EVAR), soit l’implantation d’une endoprothèse de façon mini- invasive s’accompagnant de taux de mortalité plus faibles.

Les endofuites de type II sont la complication la plus fréquente après une EVAR, pouvant provoquer une détérioration sévère en l’absence de traitement :

  • 40 % des anévrismes continuent à se développer après une EVAR
  • 80 % sont dus à des endofuites de type II

Par conséquent, les traitements existants laissent les besoins thérapeutiques dans l’AAA en grande partie non satisfaits.