Solutions

Kardiozis, une technologie disruptive, pour traiter l’anévrisme aortique abdominal et mieux réduire la taille aortique d’anévrisme.

Principe

Kardiozis, est une approche disruptive qui prévient le risque de fuites de type II suite à une réparation endovasculaire de l’anévrisme de l’aorte dans 20 à 40% des cas, et qui permet de mieux réduire la taille de l’anévrisme aortique. L’endoprothèse Kardiozis comprend des fibres thrombogéniques externes qui produisent, dès l’implantation, un effet de coagulation sanguine autour de l’endoprothèse, ce qui empêche le sac d’anévrisme de croître et de se nourrir d’artérioles latérales. Ceci élimine le risque d’endofuites, offrant aux patients et aux chirurgiens une thérapie sûre et efficace par une chirurgie rapide et mini-invasive.

PROCÉDURE

L’endoprothèse Kardiozis est implantée en insérant le système de livraison et un fil de guidage via l’aine. Le chirurgien fait progresser le système de livraison à travers l’aorte vers l’anévrisme sous la direction fluoroscopique.

L’endoprothèse, jusque-là comprimée à l’intérieur du système de livraison, est ensuite partiellement déployée. Si nécessaire, la position de l’endoprothèse peut être ajustée pour éviter de couvrir les artères rénales.

Une fois bien positionné, Kardiozis est entièrement déployé et ses jambes relâchées. Pour l’ancrer à la paroi aortique et prévenir la migration, le chirurgien libère les broches d’ancrage.

Principe

Ce seul système ne suffit pas à exclure tout l’anévrisme. Les extensions doivent être implantées à l’intérieur des artères fournissant du sang aux membres inférieurs et celles-ci sont placées à l’intérieur des jambes d’endoprothèse.

Le chirurgien positionne la première extension sous fluoroscopie, puis la déploie. Pour insérer la deuxième extension, le chirurgien retire les systèmes d’extension précédents de la vascularisation.

La même procédure est répétée pour la deuxième extension, qui est positionnée sous fluoroscopie, de sorte que l’anévrisme est complètement exclu.

Le système de livraison et les fils de guidage sont ensuite récupérés de la vascularisation, et le chirurgien ferme les incisions.

Kardiozis diffère des endoprothèses conventionnelles, qui sont incapables d’empêcher d’autres branches aortiques de fournir du sang à l’anévrisme.

Les fibres autour de l’endoprothèse occupent le sac d’anévrisme et sont en contact direct avec le sang, qui forme naturellement des thromboses sur eux.

Les plaquettes coagulent progressivement sur les fibres et empêchent le flux sanguin rétrograde d’entrer dans l’anévrisme. Une fois la formation de caillots terminée et l’anévrisme thrombosé, la pression diminue et le diamètre aortique revient à la normale.