Urinary incontinence | Affluent Medical

Incontinence urinaire, une pathologie taboue et limitante, avec peu de solutions disponibles.

La faiblesse des muscles du plancher pelvien et/ou la déficience du sphincter urétral peuvent provoquer des fuites d’urine dues à une augmentation de la pression abdominale, par exemple en toussant, en éternuant ou en riant. Cette affection touche aussi bien les hommes que les femmes, dont l’indépendance et la qualité de vie sont gravement compromises.

Mère de 2 grands enfants et sans doute bientôt grand-mère, C… 62 ans, a des fuites urinaires. Un désagrément avec lequel elle vit quasiment depuis toujours car sa rééducation périnéale post accouchement n’a pas bien fonctionné. Mais avec l’âge, son incontinence s’est aggravée. Aujourd’hui, impossible d’assister à un spectacle, sans multiplier les pauses aux toilettes. Quand elle est enrhumée et qu’elle tousse, ses tenues sont constamment humides. Elle vit avec la crainte permanente que cela se voie ou que cela se sente. Sans compter l’angoisse de ce qui l’attend quand elle sera encore plus vieille car on lui a bien expliqué que cela ne ferait que s’aggraver : les couches, les odeurs… Il existe bien un système, mais quand on lui a expliqué comment l’utiliser, elle a été découragée. Pas question de se promener avec des ballonnets dans le ventre ou encore de devoir actionner à la main, une pompe implantée dans sa lèvre vaginale.

Opéré de la prostate il y a plusieurs années, X… 80 ans souffre depuis de fuites urinaires qui se sont majorées récemment, le privant de toute vie sociale et l’obligeant à porter des couches 24h/24. Pour le soulager, son urologue lui a proposé la seule solution existant sur le marché, un sphincter hydraulique qui a nécessité une longue opération et la pose de ballonnets remplis de liquide dans son abdomen. Depuis, il peut certes recevoir à nouveau ses petits-enfants et partir en voyage mais le système se rappelle à lui sans cesse. Les ballonnets sont inconfortables et pour aller uriner, il doit actionner une pompe située dans ses bourses.
C’est compliqué et humiliant.
De ce fait, il n’a pas réellement retrouvé une vie normale.

Comme C… et X…, plus de 400 millions de personnes dans le monde, hommes et femmes (surtout), souffrent d’incontinence urinaire, dont un quart, d’une forme modérée à sévère. Et cela ne concerne pas seulement les personnes âgées comme on pourrait le croire. Ces patients présentent une incontinence urinaire sévère se manifestant par des fuites lorsque la pression abdominale augmente, par exemple en toussant, en pratiquant du sport, en éternuant ou en riant. Sans dispositif médical, ces patients sont limités ou se limitent eux-mêmes dans certaines activités, par crainte du regard des autres. Et le pire, c’est qu’aucune solution satisfaisante ne leur a été apportée depuis plus de 20 ans.

Pour soulager ces patients atteints de forme sévère : une seule solution, le sphincter artificiel remplaçant le sphincter naturel défaillant. Mais la plupart de ces patients n’en n’ont pas parce qu’ils ne sont pas allés consulter, par honte, par banalisation ou manque d’informations sur cette pathologie. Enfin, même s’ils avaient été diagnostiqués, la médecine ne peut leur offrir aujourd’hui qu’un seul dispositif hydraulique assez ancien et dont le fonctionnement est limité. Long et plutôt difficile à implanter, notamment chez la femme, il est invasif et complexe à utiliser au quotidien.

Nos solutions

Urologie

Artus

Incontinence urinaire

Ce dispositif est en cours de développement clinique